Accueil > Culture et sports > 12 février : début du nouvel an chinois

12 février : début du nouvel an chinois

Publication : par Patrick Cervi

- Dans le cadre de l’instauration de la LV2 chinois dès l’an prochain au collège, voici quelques infos à découvrir sur le nouvel an chinois -

Le Nouvel An chinois 2021, l’année du Buffle de métal, débute le vendredi 12 février 2021 et touchera à sa fin le lundi 31 janvier 2022.

En Chine, le Nouvel An chinois 农历新年 (NongliXinnian) est la célébration principale et la meilleure occasion de se rencontrer avec les familles. La fête traditionnelle du Nouvel an chinois, encore appelée fête du printemps 春节(Chunjie), a une histoire de plus de 4000 ans.

Parmi les plats de la période du nouvel an chinois les plus courants, on retrouve les raviolis, le poisson, les rouleaux de printemps, et le niangao.

  • Poissons 鱼 Yú /yoo/

En chinois, "poisson" sonne comme "abondance". A la fin de l’année, les chinois apprécient particulièrement de posséder une somme excédentaire car ils pensent, en effet, que s’ils ont pu épargner à cette période, alors ils économiseront encore plus l’année suivante.

Le poisson peut se cuisiner de plusieurs manières, blanchi, à la vapeur ou braisé. Les plus célèbres préparations chinoises de poisson incluent la vive cuite à la vapeur, le poisson du lac de l’Ouest accompagné de sa marinade de chou et de piments, le poisson cuit à la vapeur dans une sauce vinaigrée, et le poisson bouilli agrémenté d’épices.

Parmi tous les plats servis lors du nouvel an, le poisson doit être le dernier qui reste dans la mesure où sa signification homophone est, chaque année, favorable à une grande largesse. Cette pratique existe au nord du fleuve Yangtse, mais également dans d’autres régions de la Chine. On ne doit pas manger la tête et la queue du poisson avant le début de l’année exprimant, ainsi, l’espoir de démarrer ou de terminer l’année avec des économies.

Il existe quelques règles concernant la présentation du poisson :

  • La tête du poisson doit se présenter dans la direction des invités de marque et des anciens, en signe de respect.
  • Une fois que la personne faisant face à la tête du poisson commence à manger, alors, les autres convives peuvent, eux aussi, commencer à manger le fameux poisson.
  • Le poisson ne doit pas être déplacé. En outre, les deux personnes positionnées en face de la tête et la queue du poisson devront trinquer ensemble, geste symbolique de “porte-bonheur”.
  • Ces coutumes sont observées dans une ambiance animée et enjouée, empreinte de rires et de plaisanteries.
  • Raviolis chinois 饺子 Jiǎozi /jyaoww-dzrr/

Avec leur histoire qui remonte à plus de 1 800 ans, les raviolis, très populaires en Chine et plus spécialement dans le nord du pays, constituent la nourriture chinoise classique et le plat traditionnellement dégusté lors de la soirée du réveillon. On peut les confectionner afin de les faire ressembler à des lingots d’argent chinois (lesquels ne sont pas en barre, mais en forme de bateau ovale, et tournés vers le haut à leurs extrémités). La légende voudrait que “plus une personne mange de raviolis lors des célébrations du nouvel an, plus elle verra ses revenus augmenter durant la nouvelle année”.

Généralement, les raviolis chinois se composent d’une garniture de viande émincée et de légumes finement coupés, enveloppée dans une couche de pâte mince et élastique. Néanmoins, les garnitures les plus populaires restent à base de viande de porc émincée, de crevettes en dés, de poisson, de poulet haché, de bœuf, et de légumes. Ils peuvent se cuisiner bouillis, à la vapeur, frits ou au four.

Comment sont-ils confectionnés ? : la plupart des chinois savent élaborer des raviolis. Tout d’abord, ils pétrissent la pâte, puis, à l’aide d’un rouleau à pâtisserie, ils façonnent de petites et minces enveloppes de pâte circulaire. Ensuite, ils garnissent ces enveloppes avec la préparation avant de pincer et de réunir les bords de chaque enveloppe en la forme souhaitée pour, finalement, les cuisiner.

  • Rouleaux de printemps 春卷 Chūnjuǎn /chwnn- jwen/

Les rouleaux de printemps doivent leur nom au fait qu’on les déguste, habituellement, au cours du nouvel an chinois également appelée “la fête du printemps”. Ce plat est spécialement populaire dans l’est de la Chine : Jiangxi, Jiangsu, Shanghai, Fujian, Guangzhou, Shenzhen, Hong Kong, etc...

Les rouleaux de printemps comptent parmi les célèbres spécialités cantonaises (dim sums). De forme enroulée et cylindrique, on les garnit avec des légumes, de la viande ou des ingrédients sucrés. On entoure les garnitures d’une fine enveloppe de pâte feuilletée avant de les faire frire jusqu’à ce qu’ils prennent une couleur jaune dorée.

  • Niángāo — (gâteau de riz glutineux) 年糕 (/nyen-gaoww/)

En chinois, niangao sonne comme "’devenir plus haut d’année en année"’. Dans l’esprit des chinois, cela signifie que plus vous êtes élevé, plus vos affaires seront prospères et vous connaîtrez une réussite complète dans votre vie. Le riz gluant, le sucre, les châtaignes, les jujubes et les feuilles de lotus constituent les principaux ingrédients du niangao.

  • Tāngyuán — boules de riz sucrées (汤圆 /tung-ywen/)

On associe, principalement, les Tangyuans à la fête des Lanternes. Toutefois, dans le sud de la Chine, les personnes les mangent également durant la fête du printemps (nouvel an). Leur prononciation et leur forme arrondie expriment les retrouvailles et le fait d’être ensemble. C’est pour cette raison que les chinois les privilégient pendant les célébrations de la nouvelle année.

  • Les nouilles de la longévité 长寿面 (chángshòu miàn /chung-show myen/)

Comme leur nom l’indique, les nouilles de la longévité incarnent, sans surprise, l’espoir de longévité. Leurs tailles et leurs formes intégrales évoquent, également, la vie de celui qui les consomme. Plus longues que la normale et non coupées, ces nouilles peuvent être frites et présentées sur un plat, ou bien bouillies et servies avec leur jus dans un bol.

  • Fruits porte-bonheur

Certains fruits s’apprécient, tout particulièrement, lors de la période du nouvel an, comme les mandarines, les oranges et les pamplemousses. Choisis pour leur forme arrondie et leur couleur dorée bien particulières, ces fruits évoquent, non seulement, la plénitude et la prospérité, mais, rappellent aussi, sans nul doute, des intonations mélodieuses que l’on peut entendre lorsque l’on prononce leur nom.

Manger et disposer des mandarines et des oranges pendant la période du nouvel an est synonyme de chance et de fortune, du fait de leur prononciation, et également de leurs caractères. Le caractère chinois utilisé majoritairement pour orange (mais aussi pour mandarine) est 橙 (chéng /chnng/), qui sonne de la même façon que celui du “succès” (成). Un autre caractère associé au mot mandarine (桔 jú /jyoo/) intègre, quant à lui, le caractère chinois de la chance (吉 jí /jee/).

Le fait de consommer des pamplemousses apporte une prospérité durable. Comme le veut un dicton traditionnel, “plus vous en mangerez, plus la prospérité viendra à vous”. Le caractère chinois pour le pamplemousse (柚 yòu /yo/) sonne, (à la tonalité près) comme celui du verbe ’avoir’ (有 yǒu), et, à l’identique, de l’adverbe ’encore’ (又 yòu).